• La Boîte à merveilles, roman autobiographique à caractère ethnographique 


                 Ecrit par l'écrivain marocain Ahmed Sefrioui en 1952 et publié en 1954, ce roman à caractère autobiographiquefut le premier roman marocain écrit en français.Ce  roman  est une une suite de scènes et de tableaux qui nous relate à travers le ragard sincère mais rêveur du petit Sidi Mohamed  la vie quotidienne d'une famille populaire dans  la médina de Fès. Ce roman nous retrace  l'atmosphère de ce début du vingtième siècle .Il s'agit bel et bien - pour reprendre l'expression de son narrateur - d'un album qui nous retrace l'intimité de la vie de cette petite famille fassie. Il nous aide à découvrir les facettes de ce monde encore simple de la société marocaine en ce temps là :  son mode de vie, ses valeurs, ses traditions,  ses rituels et ses personnages. D'une oeuvre autobiographique , on passe rapidement à un  roman éthnographique qui  constitue un témoignage  vivant d'une vie en voie de disparaitre. Le lecteur devient un témoin de la vie sociale dans la médina, des rapports de voisinage, des traditions et des fêtes... Sans aller jusqu'à être un document éthnographique objectif, ce roman est une reprise presque fidèle de la vie en ce temps là dans l'ancienne ville de Fès. Ainsi, on peut voir les rituels du bain maure,  des cours au m'sid, des obsèques, des disputes entre voisines, des secrets de femmes.... 


    26 commentaires
  •             

     

    Le POINT DE VUE ( LA FOCALISATION )DANS LE RECIT

     

        Pour raconter ou pour décrire, il est nécessaire de choisir un point de vue, c'est à dire de décider qui perçoit les faits rapportés ; on parle aussi de focalisation, en référence à la photographie. Toutefois, si le terme de focalisation se limite essentiellement à la vision des personnages, lieux et évènements, celui de point de vue désigne une perception du monde par tous les sens.

     

     Les différents points de vue ( Focalisations)

    1. Le point de vue omniscient : ( ou focalisation 0) Le narrateur sait tout des personnages qu'il met en scène (leur passé, leurs projets, leurs pensées, leurs émotions...). Ce point de vue est dominant dans le roman traditionnel.

    2. Le point de vue externe : (focalisation externe) Le narrateur est un simple témoin qui se limite aux apparences, il ne peut rendre compte que de ce qu'il sait, il reste aussi objectif que possible, laisse au lecteur tout liberté d'interprétation.

    3. Le point de vue interne :( focalisation interne) Les évènements sont présentés à travers le regard, les émotions et la sensibilité d'un personnage.      

    Rq :Dans une narration, une description, le point de vue adopté est rarement unique, il varie parfois d'un chapitre, d'un paragraphe, d'une phrase à l'autre. Le choix de point de vue dans un texte est un élément essentiel du sens qu'il met en scène.


    votre commentaire
  •  FOCALISATION INTERNE

     

             Lorsqu'un récit est fait en focalisation interne, le point de vue est situé à l'intérieur d'un personnage. C'est à partir de lui que se font les descriptions et le récit. Le narrateur peut faire part des sentiments, impressions, réflexions du personnage qui sert de point de vue. Le récit est dans ce cas subjectif, contrairement à la focalisation externe. Dans cette situation, le narrateur en sait autant que le personnage.
    (Ils peuvent d'ailleurs être confondus s'il s'agit d'une
    autobiographie). L'un des effets peut être l'identification au personnage. Le récit peut être à la première personne mais ce n'est pas une obligation : on trouve des récits en focalisation interne à la troisième personne.

                                           

     

     

     


    5 commentaires
  •  le pacte autobiographique

     

                            Selon Philippe Lejeune, on trouve derrière l'autobiographie un « pacte » conclu entre le lecteur et l'auteur : l'autobiographe prend un engagement de sincérité et, en retour, attend du lecteur qu'il le croie sur parole. C'est le « pacte autobiographique ». L'auteur doit raconter la vérité, se montrant tel qu'il est, quitte à se ridiculiser où à exposer publiquement ses défauts. Seul le problème de la mémoire peut aller à l'encontre de ce pacte.Le projet autobiographique se caractérise donc par la présence de trois «je». Celui de l'auteur, du narrateur, et du personnage principal. Dans le cas de l'autobiographie, les trois «je» se confondent, tout en étant séparés par le temps. L'alliance de ces trois «je» fait partie du pacte autobiographique.


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique